Forum photo - Parlons Photo : Le forum pour tous les photographes et les amateurs de photographies.

Cours photo

Cours de photo - L'exposition :

Qu'est-ce que l'exposition ?

Le terme photographie provient des termes grecs photos (lumière, clarté) et graphein (écrire, peindre, dessiner). Photographie veut donc dire écrire ou peindre avec la lumière. Pour faire de la photographie, il faut donc, à la base, qu’il y ait de la lumière. Cette lumière utilisée pour la photo peut provenir de la lumière ambiante (soleil ou lumière du jour, éclairage artificiel d’une pièce d’habitation, par exemple) ou peut être apportée exprès pour la photo (lampes torches, flashes, etc.).

L’exposition correspond à la quantité de lumière qui parvient sur la surface photosensible (pellicule argentique ou capteur numérique) de l’appareil photo (ou, plus exactement, sur chaque unité de surface du capteur ou de la pellicule). Pour qu’une photo soit lisible et agréable à regarder, il faut que la quantité de lumière que l’on fait entrer dans l’appareil soit correctement dosée, ce qui permettra d’avoir une photo que l’on qualifiera de bien exposée, c’est-à-dire ni trop claire, ni trop sombre.

Si l’on fait entrer trop de lumière, la photo sera trop claire, voire presque blanche, on parlera alors d’une photo surexposée (ou "cramée"). Si en revanche trop peu de lumière entre dans l’appareil, alors la photo sera trop sombre, on dira qu’elle est sous-exposée (ou "bouchée"). Toute la question de l’exposition revient donc à trouver le bon dosage de lumière qui donnera une photo correctement exposée.

Dans les trois photos de détournement d’objet ci-dessous, la version de gauche (F/4,5, 1/80 sec.) est clairement sous-exposée, alors que la version de droite (F/11, 2,5 secondes) est clairement surexposée. Compte tenu des hauts contrastes de ce sujet, la version du milieu (F/11, 0,6 seconde) est sans doute un peu sombre, mais elle est volontairement légèrement sous-exposée pour limiter les reflets parasites.

photo illustration exposition

Les appareils photographiques actuels offrent toute une série d’automatismes très puissants et très variés permettant d’obtenir une bonne exposition (presque) sans effort. Mais pour les maîtriser réellement, il faut comprendre les concepts de base sur lesquels ils sont fondés. Le but de cet article est de donner au lecteur les armes pour bien maîtriser toutes les conséquences des différents réglages possibles.

Les trois notions de base de l’exposition

En photographie, le choix de l’exposition est à la fois simple et complexe. Simple parce que depuis l’invention de la photographie, la quantité de lumière requise pour qu’une photo soit bien exposée est unique. Cette quantité dépend de trois réglages fondamentaux de l’appareil photographique:

  • du temps de pose ou durée d’exposition, que l’on appelle souvent également vitesse d’obturation (ce dernier terme est en fait impropre, car il ne s’agit pas d’une vitesse mais bien d’une durée, mais on ne peut plus aller contre les habitudes prises); c’est la durée de l’intervalle de temps pendant lequel on fait entrer la lumière dans l’appareil.
  • de l'ouverture, c’est-à-dire la taille de l’orifice par lequel on fait entrer la lumière dans l’appareil; plus cette ouverture est grande, plus il entrera de lumière par unité de temps;
  • de la sensibilité du capteur, c’est-à-dire de sa capacité à réagir à une certaine quantité de lumière incidente (dans le cas de la photo argentique, la sensibilité dépend de la pellicule choisie, ce n’est alors pas un réglage de l’appareil).

La figure ci-dessous représente de façon simplifiée un appareil photographique de type reflex vu en coupe, avec les organes permettant de régler les trois paramètres essentiels de l’exposition.

image illustration vu en coupe appareil photo

Exposer correctement une photo, c’est un peu comme essayer de remplir à ras bord un verre d’eau. On peut ouvrir le robinet très faiblement et ne laisser couler qu’un mince filet; dans ce cas, il faudra faire couler cette eau pendant un temps assez long pour remplir le verre. On peut au contraire ouvrir le robinet en grand, dans ce cas, il ne faudra laisser couler l’eau que pendant une durée très brève. On aura compris l’analogie: l’ouverture du robinet est l'équivalent de l’ouverture de l’appareil: plus c’est ouvert, plus le débit est grand. La durée pendant laquelle on ouvre le robinet équivaut à la durée d’exposition ou temps de pose (la durée pendant laquelle on fait entrer la lumière).

image illustration robinet

Et la sensibilité, me direz-vous? Et bien, on peut l’assimiler à la taille du verre: une sensibilité élevée signifie qu’il faut relativement peu de lumière pour obtenir le résultat souhaité, ce qui correspond à un petit verre, alors qu’une sensibilité basse correspond à un verre plus grand.

Interaction entre les trois réglages de base

Nous allons revenir de façon plus détaillée sur chacune de ces trois notions, mais il importe de bien comprendre qu’elles sont intimement liées entre elles.

Si l’on fait varier la valeur de l’un de ces trois réglages, il faudra faire varier au moins l’un des deux autres en sens inverse pour obtenir la même exposition, la même luminosité du résultat.

Par exemple, supposons une sensibilité constante (en argentique toute la pellicule a la même sensibilité, il est impossible de la faire varier d’une photo à l’autre). Si l’on choisit une ouverture deux fois plus grande, il entrera deux fois plus de lumière par unité de temps; si l’on désire garder la même exposition (c’est-à-dire faire entrer la même quantité de lumière), il faudra choisir une durée d’exposition deux fois plus courte. Cela permettra d’avoir une exposition équivalente: les deux photos paraîtront aussi "lumineuses", aussi "claires", l’une que l’autre, mais cela ne veut pas du tout dire que ces photos sont identiques.

Elles seront peut-être très différentes, car l’ouverture et la durée d’exposition (et la sensibilité) n’affectent pas que l’exposition, elles ont chacune d’autres conséquences importantes sur le rendu obtenu (notamment le flou et la netteté, la profondeur de champ, le grain ou le bruit, etc., et c’est là ça devient plus complexe).

L’un des aspects essentiels de la photographie est de choisir ces trois paramètres de façon à obtenir d’une part une exposition correcte, et d’autre part le rendu esthétique voulu. Retenons pour l’instant que plusieurs couples durée/ouverture peuvent donner le même résultat en terme d’exposition, mais pas nécessairement le même rendu. Nous y reviendrons.

Il nous faut maintenant définir un peu plus précisément ces trois réglages de base et comprendre leurs conséquences. Examinons les un par un.

ce cours de photo gratuit vous a été proposé par L’équipe de parlonsphoto

Cours suivant : L'ouverture

X

Participez aux discussions sur notre forum
Ne vous sous-estimez pas, il y a des photographes de hauts niveaux certes mais il y a aussi des débutants.
Rejoignez nous

Liste de cours complémentaires :

Ce cours a été rédigé par Laurent Rosenfeld